fbpx
AccueilA LA UNEEssai Tesla Model 3

Essai Tesla Model 3

Les déceptions sont généralement à la hauteur des attentes : largement attendue par la communauté, la Tesla Model 3 restylée n’a pas été la révolution escomptée, et ce malgré de nettes évolutions.

Lancée en 2017 sur son marché domestique, la Tesla Model 3 est rapidement devenue devenue une référence dans le segment des voitures électriques. Profitant de l’image de marque high-tech de Tesla, véritable condensé de tout le savoir-faire de la marque en matière de mobilité électrique et de son écosystème, prolongement du smartphone de son propriétaire, la Tesla Model 3 est même une berline incontournable, toutes motorisations confondues. Voilà comment elle a réussi à passer sans mal la barre plus vraiment symbolique des deux millions d’exemplaires à travers le monde, en six ans de carrière déjà. L’heure du rafraîchissement a donc sonné, avec le projet Highland. Derrière ce nom de code parfaitement officieux se cache donc la version restylée de la Tesla Model 3. Celle-là même découverte des mois avant sa présentation, qui a pourtant eu du mal à convaincre les passionnés de la pourtant, la nouvelle Model 3 joue bel et bien la carte de la pudeur avec une évolution très sage de son coup de crayon. 

L’efficience avant le style 

C’est notamment le cas à l’avant, où la berline adopte un regard plissé inspiré par celui de la prochaine Roadster, qui peine à voir le jour. On y retrouve également un nouveau bouclier profilé qui se débarrasse des antibrouillards et d’ouïes latérales. Le capot a légèrement été revu alors que les ajustements sont plus précis. C’est pour cette raison aussi que les optiques arrière font désormais partie intégrante de la malle motorisée, ce qui évite les quelques décalages redoutables pour la sensation de qualité perçue. Plus étirés, ces feux élargissent une voiture dont les dimensions ne bougent pas, tout comme le diffuseur qui évoque sans mal celui de la dernière Tesla Model S. Bref, si elle ressemble un peu à celle qu’elle remplace, cette nouvelle mouture s’ habille de panneaux inédits. D’après Tesla, seuls les ailes et portes arrière sont identiques.

Certes, le dessin est terriblement ennuyeux, mais la Model 3 affiche désormais un coefficient aérodynamique plus avantageux de 0,219, contre 0,23. Une évolution dans la continuité, mais qui n’est pas sans effet sur l’efficience du modèle, qui atteint des records. Une performance à mettre aussi au crédit des nouveaux pneus Hankook iOn Evo montés en série sur les jantes de 19 pouces, qui ont servi à l’homologation WLTP. Ainsi équipée, la berline revendique un rayon d’action de 513 km (Propulsion) à 629 km (Grande Autonomie). Avec les jantes de 18 pouces, l’autonomie, estimée cette fois-ci, passe à 554 et 678 km.

Retrouvez l’essai complet dans le numéro 15 de Génération électrique et Hybride Magazine. Disponible sur notre boutique en ligne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici


Continuez votre lecture

avantage véhicule électrique en ville

Les avantages de la voiture électrique en ville

0
L'essor fulgurant des véhicules électriques en milieu urbain offre une multitude d'avantages. Cette transition s’articule principalement autour de quatre axes majeurs à savoir :...
Mercedes EQS

Essai SUV Mercedes Benz EQE

Tesla Model 3

Essai Tesla Model 3