Hyundai Kona Hybrid

Le Hyundai Kona Hybrid était la combinaison qui manquait à la gamme et s’équipe de la motorisation de la Ioniq qui plait par sa sobriété. Il est aussi l’un des rares modèles du marché à proposer une offre de motorisations complète.

Hyundai n’en finit pas d’élargir l’offre de son Kona. D’abord uniquement lancé en essence, il a par la suite ajouté un diesel, puis les excellentes versions électriques qui font la notoriété de Hyundai en la matière. Mais le petit SUV coréen se décline aussi en version hybride. Le Hyundai Kona Hybrid pourrait bien vous faire changer d’avis et oublier les moteurs thermiques.

Le nouveau Hyundai Kona Hybride reprend le récent restylage apporté à l’ensemble de la gamme. Le style conserve son apparence exotique mais gagne en cohérence dans ses lignes : la calandre est désormais moins haute et plus large. Le regard fin surplombe toujours deux blocs optiques. En revanche, pour continuer de renforcer son apparence de baroudeur urbain, le Kona adopte, en plus de ses passages de roue noirs, un sabot de protection gris en bas du bouclier.

Essai Hyundai Kona Hybrid

Un habitacle plus numérique

L’habitacle de ce Hyundai Kona évolue dans une moindre mesure et conserve l’architecture de la précédente mouture. En revanche, il se dote de nouveaux équipements numérique avec un combiné d’instrumentation digital et un écran central plus large. Entièrement tactile, ce dernier offre l’accès au système d’info divertissement. La présentation est solide, mais les matériaux utilisés sont encore dur. Notamment les plastiques qui pourraient se montrer fragiles dans le temps.

L’habitabilité n’évolue donc pas à bord de ce SUV urbain qui ne fait pas bouger sa structure. Cinq passagers peuvent prendre place à bord et le coffre cube toujours 374 litres (jusqu’à 1 156 litres avec la banquette arrière à plat). Le volume se situe dans dans la moyenne de la catégorie, entre le Toyota Yaris Cross Hybrid et le Renault Captur e-Tech. Car contrairement à ses débuts, la version hybride du Hyundai Kona a de nouveaux concurrents.

Essai Hyundai Kona Hybrid

Des consommations raisonnables pour le Hyundai Kona Hybrid

Sans surprise, c’est la motorisation bien connue des Ioniq et Kia Niro qu’on retrouve sous le capot. Celle-ci associe un quatre-cylindres essence de 1,6 litre à cycle Atkinson à un moteur électrique, inclus dans la boîte automatique à double embrayage et six rapports. L’ensemble a le mérite de se montrer doux et sobre à défaut de performances époustouflantes. Car lors d’accélérations prolongées, on se demande réellement où sont passés les 141 ch promis sur la fiche technique. Et pour cause ! Dans ces conditions, le petit SUV coréen s’en remet quasi exclusivement au moteur essence de 105 ch, qui de plus n’aime pas monter dans les tours.

Ce n’est donc pas au chapitre des reprises sur routes ou autoroutes que le Kona est attendu. En revanche, en matière de consommation, le moteur thermique fait honneur à sa réputation. Lors de notre essai, nous avons relevé une moyenne de 5,2 l/100 km. Un score tout à fait honorable pour ce SUV urbain. Passer sous la barre des 5,0 l/100 km en parcours urbain n’est donc qu’une formalité pour lui. Mais précisons que le Yaris Cross Hybrid se montrera toujours un peu plus sobre.

Le confort de suspension a visiblement fait l’objet de quelques modifications puisque l’ensemble se montre bien moins cassant qu’auparavant. Il n’en n’est pas pour autant un modèle de douceur et rappellera vite les souvenirs de la génération précédente sur les irrégularités ou sur les ruelles pavées des villes, son véritable terrain de prédilection. C’est là qu’on appréciera davantage la direction légère et muette pour se faufiler dans la jungle urbaine.

Nouvelle Hyundai Kona Hybrid

La concurrence se prépare

Le Hyundai Kona Hybrid se bonifie donc avec cette nouvelle mouture restylée. Une étape nécessaire pour garder la tête haute face à la concurrence de plus en plus féroce. Car en plus des SUV français et japonais précédemment cités, il devra aussi faire face au tout nouveau Honda HR-V e:HEV, uniquement disponible avec la motorisation hybride de type i-MMD reprises de la Jazz et du CR-V.

Mais le Kona se présente avec une grille tarifaire un peu plus attractive et débute à 27 000 € en finition Initia. Celle-ci propose d’office la climatisation automatique, la caméra de recul et le système multimédia de 8 pouces. En revanche, l’instrumentation est toujours analogique avec ce niveau de finition.La version Executive haut de gamme qui s’affiche à 32 750 € met le paquet avec le double écran de 10,25 pouces (instrumentation et infodivertissement), l’affichage tête-haute, les sièges avant chauffants, le régulateur de vitesse adaptatif ou le système de surveillance des angles morts.

Avec une moyenne de 113 g/km de CO2 homologuée, le Kona Hybrid n’est pas touché par le malus écologique. A noter aussi que la garantie cinq ans, kilométrage illimité, est l’un des ses points forts face aux SUV concurrents, sans oublier sa consommation parmi les plus basses.