La Renault Zoé, voiture électrique la plus vendue en France, voit arriver une petite sœur. Cette Twingo qui l’épaule par le bas est une pure urbaine, finalement plus cohérente que la pionnière !

Au fil des ans, la Renault Zoé n’a eu de cesse de courir derrière le progrès : plus d’autonomie, une charge plus rapide… Au point de vouloir revendiquer une polyvalence certaine. Impossible pourtant de rivaliser avec une Clio : l’habitabilité et le confort aux places arrière sont dignes du segment inférieur et, sur autoroute selon nos mesures (voir notre essai dans le numéro 2 de Génération électrique et hybride), on passe autant de temps à rouler qu’à charger.

Bref, la Zoé se destine finalement aux trajets du quotidien. Exactement comme cette nouvelle Twingo électrique, qui a l’avantage d’être beaucoup moins chère. A 21.350 € (soit 15.585,50 € bonus déduit), c’est même la voiture électrique la moins chère du marché !

Une autonomie de 150 km

Pour ce prix, on est mal installé à l’arrière, mais pas beaucoup moins que la Zoé, qui offre certes une place de plus. La batterie est aussi nettement plus petite, avec 21,4 kWh contre 52 kWh pour la grande sœur. Mais la Twingo est aussi très sobre, avec une consommation moyenne qui tourne aux environs de 14 kWh/100 km, ce qui permet d’envisager une autonomie de 150 km… soit assez précisément ce qu’on pouvait risquer avec la première génération de Zoé. Mais c’est deux fois moins que la dernière en date.

Cette Twingo est une citadine accomplie. Grâce à son moteur arrière (c’est une propulsion) qui libère le compartiment avant, l’angle de braquage est record : on peut faire demi-tour dans un mouchoir. La vivacité et la douceur sont au rendez-vous et le confort correct malgré une suspension relativement ferme. Au quotidien, il faudrait vraiment être difficile pour ne pas apprécier la conduite de cette petite Renault, malgré des reprises limitées sur voie rapides et une position de conduite perfectible. Le volant n’est pas réglable en profondeur et le repose-pied apparaît trop reculé (on glissera le pied gauche entre celui-ci et la pédale de frein).

L’avantage d’une recharge lente…rapide

Cette Twingo électrique se révèle donc tout à fait valable, si on considère l’état de l’art de la catégorie. Car le Groupe Volkswagen a du mal à livrer sa triplette e-up!/Seat Mii electric/Skoda Citigo iV, au point que la tchèque a disparu du catalogue. Et si ces dernières avancent une autonomie de 200 km en conditions réelles, elles ne profitent pas du chargeur de 22 kW en courant alternatif de la française.

Celui-ci se montre idéal pour biberonner sur les bornes des centres commerciaux : on y fait le plein en une heure et demie ! Egalement, la cousine Smart Forfour se montre bien plus chère (27.350 € minimum) et ne profite pas des dernières évolutions techniques de la batterie et de l’électronique de puissance. Avec elle, il est difficile de faire plus de 100 km. Si bien qu’on excuse la Twingo d’être arrivée en retard par rapport à l’allemande, pourtant construite sur la même base technique !