Dans le flot des berlines électriques chinoises aux ambitions européennes, la BYD Han EV sort de l’ombre.

Comme l’ensemble de ses compatriotes, la BYD Han EV entre dans le segment des berlines électriques pour viser la référence en la matière, la Tesla Model 3. Pour y arriver, cette nouveauté fait le bon choix de na pas la copier, au contraire de la Xpeng P7.

Si elle ne peut cacher certaines de ses inspirations, la BYD Han EV apparaît avec un style original, aux coups de crayon répondant à la signature maison EV Dragon Face. L’habitacle est tout aussi soigné avec une présentation flatteuse.

Mais là, les inspirations ne peuvent se cacher bien longtemps : on remarque ainsi un volant calqué sur celui de la Mercedes Classe S, des inserts décoratifs en provenance du catalogue du même constructeur et, c’est désormais une habitude, un large écran central comme sur une Tesla Model 3.

La BYD Han EV reposera sur une batterie de 77 kWh, qui annonce une autonomie de 600 km sur un cycle NEDC. Fière de faire tout aussi bien que la Tesla Model 3 qu’elle se met dans le viseur, elle devrait toutefois rougir tout autant que sa couleur de présentation sur un cycle WLTP, où elle devrait atteindre les 450 km d’autonomie.

La date de son arrivée en Europe n’a pas été précisée, mais elle débarquera dans un premier temps dans les pays nordiques. Le ticket d’entrée devrait être fixé aux alentours des 39 000 euros.