Kia Niro hybride
Kia Niro hybride

Cousin technique de la Hyundai Ioniq, le Kia Niro offre plus d’espace pour à peine plus cher. La formule magique ? Pas complètement car sa masse supérieure étouffe les reprises.

Incroyable mais vrai ! Il existe au moins une catégorie de voiture hybride que Toyota n’a
pas été le premier à explorer. Car en 2016, au lancement, ce Kia Niro était seul au monde : aucun autre crossover ou SUV compact hybride essence n’existait alors sur le marché, le Toyota C-HR n’arrivant que plusieurs mois après. Preuve du soin apporté à la
conception, les coréens se sont fendus d’une plateforme inédite dédiée à l’hybride, dénommée DE et partagée avec la Hyundai Ioniq.

En somme, on peut considérer le Niro comme la version surélevée de la Ioniq, avec qui il partage sa mécanique. Sous le capot, on trouve donc comme sur la berline un quatre-cylindres de 1,6 litre à injection directe, fonctionnant en cycle Atkinson. Associé à un moteur électrique de 43 ch située entre le moteur essence et la boîte de vitesses à double embrayage, il se contente de peu. Il est facile de s’en tenir sous les 5,5 l/100 km en moyenne sur parcours mixte. Revers de la médaille, le cycle Atkinson n’a jamais été le moyen d’améliorer les performances. Et c’est là que le bât blesse : avec près d’une centaine de kilogrammes supplémentaires à transporter par rapport à une Ioniq déjà placide, le Niro n’a rien d’un foudre de guerre.

D’autant plus que la boîte à double embrayage renâcle à rétrograder. Cette mollesse est mise en exergue par les trains roulants, aux réglages plutôt dynamiques. Surtout que les versions équipées de jantes 18 pouces sont chaussées de gommes très adhérentes, qui donnent l’impression qu’on n’arrivera jamais aux limites du châssis. Tant mieux pour la sécurité, tant pis pour l’agrément.

Une habitabilité généreuse

D’un point de vue purement rationnel par contre, le Niro a de sérieux arguments à faire valoir. Car il avance les arguments traditionnels d’un crossover, à commencer par une habitabilité plutôt généreuse et un coffre assez correct pour la catégorie. Par ailleurs, l’ergonomie est comme toujours d’une clarté limpide chez Kia, qui semble avoir pris des cours chez Volkswagen. La finition est correcte, mais la présentation sans relief. Heureusement, le constructeur coréen a présenté au dernier Salon de Genève une version restylée avec une planche de bord aux lignes plus avenantes. Au même titre que l’intérieur, l’extérieur aura bientôt droit à quelques retouches, en adoptant un bouclier proche de celui de la version électrique (e-Niro). De quoi donner un coup de jeune à cette auto aux lignes équilibrées, mais très sages. Le tarif apparaît raisonnable par rapport à la concurrence.

Retrouvez plus d’informations sur ses concurrents dans le magazine Génération Électrique & Hybride n°5

SUV COMPACT // DEPUIS 2016
KIA NIRO HYBRIDE
PRIX : DE 27 950 € À 33 950 €

MOTORISATION
Moteur thermique : quatre-cylindres essence 1,6
litre de 105 ch
Transmission : boîte automatique à double
embrayage et 6 rapports Hyundai
Moteur électrique : synchrone à aimants permanents
de 43 ch
Puissance combinée : 141 ch
Conso moyenne (WLTP) : de 3,4 à 3,6 l/100 km
Emissions de CO2 (g/km) : 79
DIMENSIONS/CAPACITÉS
L/l/h (mm) : 4355/1805/1545
Empattement (mm) : 2700
Poids à vide (kg) : 1500
Poids maxi remorque (kg) : 1300
Capacité coffre (litres) : de 427 à 1425
Accélération de 0 à 100 km/h : 11,5 s
Vitesse maxi : 162 km/h