L’enfer est pavé de bonnes intentions

Vivement secoué par une législation assassine, le marché de l’automobile se tourne vers l’électrification. C’est désormais le choix de Subaru avec les Forester et XV, qui adoptent la motorisation hybride e-Boxer.

Depuis quelques années, le moteur thermique tel que nous le connaissons est voué à disparaître. En effet, les normes antipollution de plus en plus sévères et le malus écologique présent dans quelques pays poussent les constructeurs à repenser leurs offres. Pour combler la perte du boxer diesel pour ces mêmes raisons environnementales, Subaru arrive sur le marché avec la technologie hybride e-Boxer : le bloc 2,0 litres essence uniquement proposé dans la gamme s’accompagne désormais d’un moteur électrique de 17 ch pour, forcément, un gain en consommation et une empreinte écologique plus vertueuse. C’est en revanche sur l’agrément et la partie dynamique que cette technologie sait se différencier.

Vendu à plus de 3,76 millions d’unités dans le monde depuis son apparition en 1997, le Subaru Forester arrive aujourd’hui à sa cinquième génération. Malgré une évolution étonnante des SUV, la proposition japonaise conserve sa formule qui sait séduire les familles, notamment américaines : confortable et spacieux, il embarque tout le
savoir-faire du constructeur en matière de sécurité active et passive, ainsi qu’un transmission intégrale éprouvée. S’il s’apparente à une version restylée de la précédente génération, le Forester repose sur la nouvelle plateforme commune de la marque, baptisée SGP. Avec 1,5 cm de plus en longueur (pour atteindre les 4,63 mètres), le SUV adopte un empattement à peine plus long, qui profite à l’habitabilité : l’espace arrière est généreux, alors que le coffre cubique allant jusqu’à 1 779 litres devrait répondre aux besoin des familles.

L’habitacle affiche aussi une présentation plus rigoureuse et une ergonomie revue. Les habitués remarqueront l’arrivée du nouvel écran central tactile, très sensible, secondé par un affichage plus haut perché. Ce dernier projette les informations liées au fonctionnement de la mécanique hybride ainsi que des manomètres d’inclinaisons en fonctionnement X-Mode. Il intègre également le EyeSight, qui alerte le conducteur en cas de somnolence ou d’inattention. Une reconnaissance faciale est également de mise : cette dernière reconnaît le conducteur et adapte l’ensemble des réglages enregistrés par ce dernier.

L’hybride au service de la transmission

Malgré une forme de modernisation avec sa mécanique hybride, le Subaru Forester conserve sa configuration habituelle. Ses aptitudes naturelles au tout-terrain sont ainsi préservées, avec la transmission intégrale Symetrical AWD. La généreuse hauteur de caisse de 22 cm et ses angles d’attaque et de fuite sont des atouts pour s’affranchir du relief. Ainsi, il pourra aller plus loin que certains SUV aux prétentions supérieures sur le papier. De plus, l’arrivée du moteur électrique de 17 ch, intégré à la boîte à vitesse CVT, apporte un léger surplus de couple instantané très appréciable en tout-terrain.

Subaru Intérieur

Cette force tranquille vient supporter le moteur thermique pour affronter les terrains difficiles et grimper des pentes sans arrière pensées. Ses capacités lui permettent donc de se passer d’innombrable mode de conduite : seuls deux réglages sont proposés, avec des paramètres prévus pour des terrains instables (Neige/ Poussière) ou plus profond (Neige profonde/Boue). Plusieurs dispositifs viennent renforcer ses compétences, dont la caméra latérale extérieure ou le Hill Descent Control. Ce dernier, qui ne manque pas d’efficacité, avoue en revanche une latence peu rassurante. Aussi, son fonctionnement par à-coups et qui manque de douceur se révèlerait parfois désagréable. On se surprend alors à désactiver les fées électroniques afin de gérer la descente du bout du pied, comptant sur un freinage puissant.

Sur la route, le comportement routier du Subaru Forester est nettement amélioré. Avec la suspension affermie pour compenser la prise de poids de l’ordre de 110 kg (masse totale de 1 664 kg), les mouvements de caisse sont mieux maîtrisés en virage, sans que le confort ne soit visiblement dégradé. Le centre de gravité plus bas que la concurrence, grâce au moteur à plat, participe aussi au comportement routier.

Retrouvez l’intégralité de cet essai sur la Subaru Forester E-Boxer
dans Génération Électrique n°2

SUBARU FORESTER E-BOXER
PRIX: À PARTIR DE 36 990€

MOTORISATION
Type : 4 cylindre en ligne + moteur électrique
Cylindrée [cm3] : 1 995 cm3
Puis. max. [ch. à tr/mn] : 167 ch de 5 600 à 6 000 tr/min
Couple maxi [Nm à tr/mn] : 260 Nm à 4 000 tr/min
Boîte de vitesses : auto. CVT à sept rapports
Transmission : 4×4 intégrale
Nbre de portes/places : 5 portes / 5 places
Suspension AV/AR : MacPherson/multi-bras
Electronique embarquée : ESP
Stop & Start : oui
Pneus/Jantes : 225/60 R 17 / Jantes aluminium

DIMENSIONS/CAPACITÉS
L/l/h [mm] : 4 625 mm / 1 815 mm / 1 730 mm
Empattement [mm] : 2 670 mm
Garde au sol [mm] : 220 mm
Poids à vide [kg] : 1 664 kg
Poids tractable : 1 870 kg
Vitesse maximale [km/h] : 188 km/h
0 à 100 km/h (s) : 11,8 secondes
Consommation constructeur (l/100 km)
Mixte/urbain/extra urbain : 6,7 l/100 km
Emission CO2 (g/km) : 154 g/km